Image de couverture
Séminaire

DEMOSERIES – Éthique et politique des séries télévisées

Prochaine séance : mardi 8 juin 2021 | 17h-19h

 

Matthieu Letourneux (université Paris-Nanterre)

Espionnage et esthétiques postfordistes The Americans, postfordisme, espionnage vintage et retour de l’histoire

Discutant : Thibaut de Saint Maurice (DEMOSERIES, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Inscription

Contact

 

Résumé
Série d’espionnage se déroulant dans les années 1980, The Americans apparaît comme un cas prototypique de la « complex TV » décrite par Jason Mittell, mais aussi, plus largement comme une exemplification des transformations des productions sérielles en régime postfordiste. Ce faisant, suivant des logiques de singularisation caractéristiques des pratiques contemporaines, la série dialogue consciemment avec les codes historiques de l’espionnage des années 1980 à travers une esthétique vintage et le choix du pastiche. Mais l’historicisation du genre prend cette fois la forme d’un questionnement de l’identité américaine, puisque le jeu avec l’esthétique des années 1980 est aussi un dialogue avec le mythe de « la fin de l’histoire » et l’idéologie reaganienne, à une époque où l’un comme l’autre s’effondrent. C’est ce double mouvement que nous nous proposons d’explorer dans notre conférence, en montrant comment il convient d’articuler les deux systèmes dialogiques qui entrent en jeu, celui, formel, entre espionnage fordiste et postfordiste, et celui, historique entre deux époques de l’imaginaire américain, pour tenter de comprendre en quoi ils sont liés.
 

Mardi 15 juin | 14h-18h30

Demi-journée d'étude

Focus #4. Remettre en œuvre. Les enjeux de l’adaptation sérielle pour les séries sécuritaires

Inscription

Ces dernières années, plusieurs séries qui mettent en scène les enjeux contemporains de sécurité, sont l’adaptation d’un roman, d’une enquête journalistique ou même d’une série. Homeland (Showtime, 2011-2020) est ainsi l’adaptation de la série israélienne Hatufim (Aroutz 2, 2010-2012), tandis que la série française Le Bureau des légendes (Canal+, 2015-2020) est adaptée à l’étranger.
Qu’une série soit l’adaptation d’un texte ou qu’elle soit elle-même adaptée dans un nouveau contexte de production, la question se pose de savoir ce que le processus d’adaptation fait à la série d’une part et ce que la sérialité offre comme ressource pour l’adaptation d’autre part. Pourquoi donc remettre en œuvre, sous la forme sérielle, des œuvres déjà existantes ? Que faut-il garder de l’œuvre originale et que peut-on ajouter à l'œuvre nouvelle pour que l’adaptation soit réussie ? Quelles sont enfin les spécificités de ces processus d’adaptation pour ces séries sécuritaires ? Comment s’adaptent-elles aux situations politiques et aux cultures singulières ?

Programme

  • 14h00-14h10 : introduction

Thibaut de Saint Maurice, ERC DEMOSERIES, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

  • 14h10-15h10 : De l’Odyssée à Homeland, le retour des héros : adaptation et grand récit

Sabine Chalvon-Demersay, CNRS-EHESS

  • 15h10-16h10 : Television adaptation and/as alternative history: The Man in the High Castle (Amazon, 2015-2019)

Shannon Wells-Lassagne, Université de Bourgogne

  • 16h10-17h10 : The Looming Tower : de l’enquête journalistique à la série

Pauline Blistène, ERC DEMOSERIES, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

  • 17h10-18h10 : Le Bureau des légendes et ses adaptations à l’étranger

Alex Berger, producteur, The Oligarchs Productions

 

Chaque intervention sera suivie d’une discussion.

 

Séminaire organisé par Pauline Blistène et Alexandre Diallo (DEMOSERIES, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS)


DEMOSERIES est un projet soutenu par l’European Research Council (ERC Advanced Grant). Il est hébergé par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et réunit une équipe de chercheurs en philosophie, science politique et études cinématographiques, afin d’explorer un corpus de séries TV sécuritaires (Le Bureau des Légendes, Homeland, Fauda...), de leur conception à leur réception par les publics. Son Principal Investigator est Sandra Laugier, professeure à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.